INFOS PRATIQUES 
 
 Projet mené de mars à juin 2014
 Marionnettes / Danse / Vidéo / Musique
 Sur un texte d'Yves Pinguilly
 ÉQUIPE 
 Sophie Matel / Mélanie Allard
 Titi Mendes / Romain Magnes
 Mathieu Krim / Manon Lucas

LA MARIONNETTE TIR(E)AILLEURS

Projet d'expérimentation pluridisciplinaire

« Dans un premier temps, j’ai suivi un stage de fabrication de marionnette portée à Charleville-Mézières, avec Natacha Belova, où est né mon premier tirailleur sénégalais. Suite à quoi j’ai décidé de mener un travail de recherche sur le sujet. C’est là que j’ai découvert le roman d’Yves Pinguilly, Verdun 1916 - Un tirailleur en enfer. Ce roman a été le véritable déclic pour développer le thème. » 

- Titi Mendes

La Marionnette Tir(e)ailleurs
La Marionnette Tir(e)ailleurs

PROPOS

 

De mars à juin 2014, un projet d'expérimentation a été mené autour de différentes disciplines artistiques, regroupant cinq artistes professionnels de la marionnette, de la danse, de la vidéo et de la musique.

 

Avant même le début du projet « sur le plateau » il y a eu plusieurs étapes de travail de préparation : une pré-sélection du texte a été effectuée par Titi Mendes, suivie d'une validation de l'ensemble de l'équipe. Les extraits ont été choisis en fonction de la multiplicité des possibilités techniques sur le plateau. Il était ici question d'aborder une scène de plusieurs manières et de sélectionner ensuite celle qui était la plus au service du propos, tout en gardant dans l'ensemble des « tableaux » une multiplicité de techniques.

 

Afin de disposer d'un maximum de possibilités au niveau de l'utilisation des marionnettes, Titi Mendes et Manon Lucas ont fabriqué diverses marionnettes :

- Une deuxième marionnette portée à taille humaine

- Une réplique plus petite (25cm) à fils

- Une autre à manipulation directe

- Des silhouettes marionnettiques : silhouettes en raphia et tirailleurs stylisés (une tête sur un pic à brochette)

Cela permet donc d'avoir une multitude de visuels, de tailles, de représentations à tester sur le plateau.

PROJECTION, VIDÉO, INCRUSTATION

S'appuyant sur le texte, le jeu et l'image scénique, la vidéo projetée (images de guerre…) peut servir d'illustration à la scène, aux pensées des personnages. Projection sur de la toile de jute qui symbolise la case traditionnelle, la cale du bateau, et la cabane de tranchée, ou sur une vielle caisse de bois… 

Nous avons également filmé la marionnette afin de l'incruster dans des images d'archives. La marionnette incrustée devient comme le témoin de sa propre histoire. On regarde l’archive à travers son regard, c’est un peu comme si nous étions nous-mêmes intégrés à l’action.

 

MUSIQUE

À la fois illustration, créatrice d'ambiance et bruitage, la musique accompagne les marionnettistes, les vidéos et l'histoire tout au long des tableaux. Elle permet d'une part le bruitage (roulis de l'eau et moteur du bateau, explosion et bruit de guerre…) mais aussi de donner une ambiance à chaque scène, tantôt pesante, tantôt festive.

Elle permet d'accompagner, d'exacerber les émotions des marionnettes, et du propos général de chaque tableau.

 

MARIONNETTES, DANSE

La musique invite également les marionnettes à la danse : deux types ont été abordés : la danse traditionnelle africaine et l’entraînement « dansé » à la guerre.

Nous avons donc fait danser les marionnettes portées, le résultat est bluffant de réalisme. Plus qu'une danse « solo » de la marionnette, le fait que le manipulateur porte un regard, sentiment vis-à-vis de son personnage, donne une réelle impression de duo « homme-marionnette ».

 

 

Un rendu public s'est tenu à trois reprises à La Briqueterie en juin 2014, en présence du public et associations du quartier, mais également de certains élus locaux.

Suite aux retours positifs et aux encouragements, l'équipe a poursuivi le projet et décidé de créer un spectacle : Un Tirailleur en Enfer.

 

À l'occasion de notre participation au festival Teni Tedji au Bénin, avec le spectacle Voyage dans les yeux d'Alice, nous avons profité de ce temps de présence sur le territoire africain pour effectuer une recherche sur les tirailleurs sénégalais, leurs retours en Afrique après la guerre, et la vision que porte les africains sur cette partie de l'histoire (vidéo, photos, témoignages). Ce fut pour nous l'occasion de rapporter une autre vision de la colonisation, la guerre et des tirailleurs.

Association Loi 1901 | N° SIRET 407 700 038 000 59

Licence d'entrepreneur 2-103 6664 | 3-1021 964

Code APE 9001Z

Compagnie Car à Pattes

 

La Briqueterie | 2, rue Lescouvé | 80000 Amiens

03 22 89 40 78 | 06 81 97 84 25 | cie.carapattes@gmail.com